Une sortie terrain pour les élèves de Pommerit

Les Bac Pro CGEA du lycée Pommerit ont rendu visite à un producteur de cocos de Paimpol AOC.

« Nous produisons des légumes toute l'année, en rotation selon la saison. Nous produisons les choux fleurs, les artichauts, les pommes de terres, de la carotte, de la salade, mais là nous terminons notre saison de coco de Paimpol », expliquent Gwenola et Hubert Jacob.

Les élèves de Bac Pro 2 CGEA du Lycée POMMERIT écoutent attentivement les propos du couple de producteurs. Hubert Jacob, qui est aussi président du Groupement des Primeuristes du Trégor et du Goëlo (GPGT), exploite 70 hectares de terres sur Paimpol (22), dont 6 hectares de cocos de Paimpol.
« Le coco de Paimpol est une vieille culture qui a été ramené par un marin à l'origine. Avant la guerre il était consommé comme le haricot vert, mais aussi en sec et demi-sec. Sa commercialisation, comme les autres légumes, a véritablement débuté en 1905 avec l'arrivée du train à Paimpol. Les ventes ont atteint jusqu'à 12000 tonnes en 1988», explique Hubert Jacob.

Avec  passion, il reprend tout l'historique de ce haricot spécifique. « Avec l'appui de l'Union des Coopératives Paimpol-Tréguier (UCPT) et le Syntec, il y a eu huit années de travail pour obtenir l'AOC pour le Coco de Paimpol, label obtenu en 1998 », précise le producteur. Cet AOC s'étend sur 84 communes du Trégor-Goëlo : « il s'agit de communes de la bande côtière, qui possèdent des sols limoneux. Le cahier des charges est strict. Chaque gousse doit comprendre plus de trois graines. Le ramassage se fait à la main par des personnes appelés les plumeurs de coco ».

Dans le champ, Hubert Jacob détaille la production et les techniques pour faire la semence, pour semer et pour l'organisation de la récolte. Les lycéens ont posé de multiples questions tant sur la production, sur le matériel, mais aussi sur la récolte et les prix de commercialisation, la gestion du personnel de ramassage... Une découverte d'une production spécifique, d'un AOC.